Bonjour, bonjour !

          Aujourd’hui, on se retrouve grâce à mon papa. Pourquoi ? Parce que sous l’article concernant le bilan de l’E3 il m’a mise au défi de répondre à la question que vous voyez dans le titre : « Peut-on faire confiance à quelqu’un qui a déjà menti » ?

Avant de commencer quoi que ce soit, j’aimerais mettre au clair les deux termes importants de cette question :

* Confiance : « Assurance, hardiesse, courage qui vient de la conscience qu’on a de sa valeur, de sa chance »
* Mentir : « Dissimuler, déguiser volontairement la vérité, nier ou taire ce qu’on devrait dire. Mentir c’est transgresser la règle morale de confiance.

Il est aussi important de distinguer les différents menteurs. Il existe les menteurs actifs et les menteurs par omission. Les premiers mentent de façon réfléchie, ils pensent et calculent leur mensonge. Les menteurs par omission, quant à eux, mentent innocemment, ils ne se souviennent plus d’un acte qu’ils ont pu faire ou d’une chose qu’ils ont pu dire et donc mentent, sans vraiment le savoir.

Ce qui est difficile c’est que cette question n’a pas de réponse définitive, tout dépend du mensonge, tout dépend de vous et de vos envies. Mais je vais essayer d’apporter des arguments pour les deux réponses que l’on pourrait avoir à cette question.

          Et si nous pardonnions à notre menteur X son mensonge, pour quelles raisons pourrions-nous le faire ? Et bien d’abord, simplement parce qu’il n’existe pas de vérité absolue. Ce qu’on appelle vérité n’est jamais une vérité « vraie » et définitive. Je m’explique : si un jour vous commettez un crime, aussi mineur soit il, un juge pourra vous donner une peine tandis qu’un autre pourra vous acquitter. Chaque juge, dans ces cas-là, aura une vérité, qui sera LA vérité établie par une sorte de consensus entre tous, mais il n’y a pas de vérité pré-établie. De plus lorsque vous estimez que vous pouvez faire confiance à quelqu’un, au fond de vous, vous savez tout de même qu’il y a un risque. Ce risque de trahison vous le connaissez et vous en acceptez les règles. Vous le savez simplement parce que vous avez déjà, à plus ou moins grande échelle, trahi vous aussi. Donc il vous faut accepter cet enjeu, cette « condition générale d’utilisation » que vous cochez avant d’attribuer votre confiance à quelqu’un. Lorsque vous acceptez ce principe, le mensonge d’une personne de confiance devient tout à fait relatif au risque que vous avez bien voulu prendre. Si vous accordez une confiance absolue en quelqu’un, vous lui accordez votre foi et cela prend un caractère religieux. 

         Si je veux vous rassurer d’une certaine façon, je dois vous dire que mentir est naturel. Un enfant qui se développe bien est un enfant qui ment, et le mensonge ne s’arrête pas dès l’adolescence. En moyenne à l’âge adulte, un homme ment 3 fois par jour alors qu’une femme ne ment que 2 fois par jour. Et juste pour rigoler, au top du mensonge pour les hommes on a « je n’ai pas bu tant que ça », alors que chez la femme on retrouve plutôt « T’inquiète, j’vais bien ». Cela s’apparente à du cliché mais je vous assure que c’est une étude scientifique qui le montre. Il faut aussi dire que l’effet Pinocchio n’existe pas. On ment tous, tous les jours, mais ce n’est pas un engrenage sans fin. Si quelqu’un vous a menti gravement une fois, il ne recommencera pas nécessairement. Je finirais cette partie en vous disant que le « pardon » n’est pas qu’un terme religieux. Il s’applique à tout le monde et pour les plus réticents, ceux qui ont peur de perdre toute fierté, Gandhi a dit « Le pardon est plus viril que le châtiment ». Si vous avez encore besoin que je vous prouve que le pardon est une grandeur de l’âme, après vingt-sept années d’emprisonnement, Mandela a choisi de pardonner les gens qui l’avaient emprisonné. 

 .    

.

.    

       Ce que vous pourrez remarquer c’est qu’il y a des nuances de mensonges. Comme d’habitude je vous donne un exemple pour que ce soit plus parlant. Sous le premier septennat de François Mitterrant, une affaire politique éclate. L’Elysée aurait été placée sous écoute afin que l’ex président puis se protéger de révélations qui auraient pu être faites au sujet de sa fille biologique. Les écoutes auraient été faites entre 1983 et 1986, et la première fois que Mitterrant en parle c’est à la télévision belge en 1993. Lorsqu’on lui pose la question d’un éventuel système d’écoute à l’Elysée il répond que c’est faux, qu’il n’y en a pas, et il ne ment pas totalement. En effet aucun système d’écoute n’a été installé, rien de matériel permettant au président d’écouter les personnes qu’il souhaite. Par contre des moyens physiques ont bel et bien été mis en place, appelés les « bretelles du président ». On trouve ici une nuance de mensonge. Et les hommes politiques sont assez forts pour ne pas totalement nous mentir mais sans nous dire la vérité. Ils nous disent les choses comme nous voudrions les entendre. Nous avons donc une perte de confiance envers les gens qui devraient être irréprochables, étant ceux qui dirigent notre pays. L’accumulation de mensonges peut créer un manque de confiance et de refaire confiance devient difficile, dû à l’accumulation. De plus, la perte de confiance entraîne la perte de certains repères, qu’ils soient sociaux ou moraux

          « Nous sommes une société perverse où autrui n’existe pas » a dit un jour le philosophe Gilles Deleuze. Si cette définition de notre société est avérée, nous devons donc choisir de faire confiance différemment. En règle générale une personne nous a menti dans le seul but de se vanter, de se sentir supérieure ou par pure perversion il ne faut donc plus faire confiance à ce qu’il dit. Mais rien ne nous empêche de faire confiance à ce qu’il est. Dans tous les cas le trompé ne doit pas se laisser dépasser par les événements sinon il y a de fortes chances pour qu’il devienne le trompeur et ainsi de suite.    

.

.

          Refaire confiance ou non ? Cela n’est qu’une question de point de vue, de recul par rapport aux événements. Et Nevermind, mentir c’est mal ! :p 

Merci Papa pour cette question. L’article aura mis le temps avant de sortir mais tu connais les raisons et je dois t’avouer que cela n’a pas été facile en terme de recherches et d’écriture. N’hésitez pas : à votre tour de me poser une question à laquelle vous souhaiteriez que je réponde. 

Julie.

Sources : 
http://sip-3030-web.tripod.com/Documents/Cours%2010a%20Psychologie%20du%20mensonge.pdf
www.larousse.fr
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=614658
http://www.psychologue-aix-marseille.fr/2013/11/la-trahison-dans-le-couple/
http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/8689010.stm
http://www.liberation.fr/economie/2012/11/25/michela-marzano-la-confiance-est-un-pari_862907
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/forme-et-fonction-de-la-confiance-dans-la-societe-moderne/
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/la-divergence-sans-la-mefiance-confiance-conformiste-et-confiance-critique/


Articles similaires

Les questions de Julie

Offrez une seconde vie à vos vieilles binocles

Bonjour, bonjour Nous nous retrouvons aujourd’hui pour un article qui peu faire du bien à plein de monde sans trop d’effort, le top non ? Portez-vous des lunettes ? Peut-être que quelqu’un de votre entourage Lire la suite…

Les questions de Julie

Mesdames, votre postérieur serait-il joli comme un cœur ?

Bonjour, bonjour Connaissez-vous ça : « ❤ » ? Je suis sûre que je n’ai pas besoin de vous expliquer que ce symbole représente un cœur, souvent utilisé pour représenter l’amour. Mais connaissez-vous l’origine ce symbole ? Si non, Lire la suite…

Les questions de Julie

« Joindre les deux bouts » : les origines.

Bonjour bonjour, Aujourd’hui on se retrouve pour un billet un peu nouveau sur le site dans lequel je vais vous expliquer les origines d’une expression de notre quotidien. Entre histoire et français, je vais commencer Lire la suite…