Bonjour bonjour !!

Aujourd’hui on se retrouve pour la première fois dans la catégorie « Films ». Encore une fois, n’étant pas une professionnelle du cinéma, c’est avec beaucoup de modestie que je fais cette critique. Aujourd’hui on est là pour parler d’un film que j’ai eu l’occasion de voir avec le Printemps du cinéma : Chappie.

Synopsis :

Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. Chappie, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce. (1)

J’vous mets aussi la bande annonce histoire d’avoir le visuel qui va avec !

Maintenant mon avis : CE FILM EST UNE TUERIE !  

Voilà ! au revoir .

Non je déconne, j’vais quand même en parler un peu. Mais je sais pas trop par où commencer, il y en a tellement à dire. Donc vous savez quoi ? Je vais en cours et on en reparle dans 1 h ! 😉

.          .          .

Allez , on reprend. Dans ce film nous allons suivre 6 personnages, que l’on peut classer en 3 groupes. Le premier est celui des ingénieurs contenant Deon, le créateur des robots policiers et de l’intelligence artificielle aussi humaine que possible qui mène à Chappie et Vincent, le rivale de Deon. Le second regroupe les Gangsta’ avec les membres du groupe de musique Die Antwoord, Yo-Landi et Ninja, ainsi qu’America, leur fidèle bras droit pour le film. Ces personnages sont ceux qui vont éduquer Chappie. Enfin le dernier « groupe » est celui de notre hérobot (héhé) Chappie ! L’opposition entre les mondes ingénieurs/gangsta et le lien que Chappie fait entre les deux est très joliment fait. La version française rend, à cause des voix données aux personnages du groupe Die Antwoord, le côté gangster beaucoup trop cliché à mon goût. Mais si ce n’est que ça, la jonction entre les deux mondes et les valeurs que cela fait passer est assez poétique je trouve.

Au delà des personnages, il y a l’action. L’histoire prend place à Johannesburg, en Afrique du Sud, et rien que ça, c’est génial ! Je ne connais pas de film de se genre prenant place en Afrique du Sud. La plupart du temps c’est en Amérique et nous voyons toujours les mêmes buildings de New York, ou de je ne sais quelle grande ville. Et le changement fait du bien !

Passons maintenant au personnage de Chappie en lui même. Ce robot est humain ! J’entends par là que nous oublions que ce robot est un robot. Il devient un homme, il devient un ami, un enfant, un pote. Il apprend à parler, à reconnaître les valeurs humaines et à reconnaître ses sentiments d’amour, de haine, de joie ou même de peur. Ce robot m’a fait verser des larmes, alors je sais je suis une madeleine au cinéma, mais généralement c’est à cause d’humain ou d’animaux, d’être doués de raison… Là c’est un robot, une machine, une boite de titane. Et ben non, rien à faire, ce p’tit bonhomme m’a fait pleurer. Bravo Chappie. C’est quand même là qu’on voit le génie de Neill Blomkamp, il a réussi à faire ce dont tous les scientifiques rêvent : rendre humain l’inhumain.

Malgré tout, ce film aborde des thèmes assez importants lorsqu’on parle d’intelligence artificielle. Est ce que les robots rendus intelligent ne serait pas la fin de l’humanité ? Est-ce que l’homme pourra gérer le pouvoir que cela lui donne ? Par qui doit se faire le contrôle des droïdes ? Peut-on avoir confiance en l’homme ?

Nevermind, allez voir des films, surtout des bons comme celui la ! 

 Julie.

(1) http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=189702.html


Articles similaires

Films

La mort dans les Disney.

 Bonjour, bonjour, De 1923, le début de l’industrie Disney, à 1937, 56 des 104 films produits contenaient la mort ou la disparition d’au moins un parent du personnage principal. La mère de Bambi, le père Lire la suite…