Cette citation est tirée du recueil de poèmes : Océan. Tas de pierres (1942) par Victor Hugo.